La Maison du Repreneuriat, pour passer le témoin en confiance

3/1/2023
Entreprendre
(Photo: Prostooleh/Freepik)

Dans les PME et TPE, la transmission constitue toujours un moment délicat, voire risqué. Pour lui donner ses meilleures chances de réussite, l’EPHEC et l’ICHEC ont créé la Maison du Repreneuriat, qui accompagne cédants et repreneurs.

L’enjeu économique et social est de taille : les PME et TPE représentent l’essentiel du tissu entrepreneurial belge. Elles génèrent de la valeur et de l’emploi. Mais très souvent, leur activité tient à l’implication d’une ou deux personnes; qu’elles viennent à se retirer, et leur pérennité est remise en question.

Aider cédants et repreneurs à bien préparer la transmission, à temps et dans de bonnes conditions, c’est la mission de la Maison du Repreneuriat. Fruit d’une collaboration entre l’EPHEC et l’ICHEC, soutenue par la Région bruxelloise, elle vient de boucler son premier cycle de formation.

"L'idée de la Maison du Repreneuriat, c'est avant tout de travailler l’aspect humain, qui est extrêmement important dans tout le processus de transmission", explique Roxane De Hoe, l’une des chercheuses à la Chaire Familles en Entreprises de l’ICHEC, qui héberge le projet. "Je pense que la difficulté fondamentale, au-delà de la mise en relation d’un cédant et d’un repreneur, c’est la confiance qui doit se créer entre eux. C’est pour cela que les formations que nous avons organisées étaient centrées sur la rencontre et la compréhension. On voulait mettre des cédants et des repreneurs dans la même pièce, mélanger les deux publics pour qu'ils puissent comprendre leurs enjeux mutuels. Parce que, dès le moment où l’on se comprend, cela facilite la négociation et la conclusion d’accords win-win. Ce n’est qu’à cette condition, quand les deux parties trouvent leur avantage, que la transmission peut fonctionner et que l'entreprise peut perdurer."

Les formations, qui se sont déroulées en 8 workshops de septembre à décembre, ont réuni 25 participants, dont environ deux tiers de candidats repreneurs – et un public composé en partie d’entreprises familiales. "On s’adresse prioritairement aux PME/TPE, qui ont moins de moyens pour consulter des cabinets d’expertise", précise Roxane De Hoe. Au programme: identification des freins et motivations à la transmission, enjeux économiques, sociaux, environnementaux, valorisation de l’entreprise, business plan de reprise, financement, gouvernance, négociation… Au-delà, la Maison du Repreneuriat propose aussi un service d'accompagnement sur mesure.

"L’idéal est de parvenir à former des duos cédant/repreneur. Notre credo, c’est qu’il faut un alignement des valeurs fondamentales entre eux pour qu'ils constituent une équipe."

Même s’il faut encore tirer tous les enseignements de ce premier cycle, le bilan est à coup sûr positif. "Il y aura sans doute des ajustements, mais le besoin d’accompagnement est réel. La Maison du Repreneuriat poursuivra en 2023."

Info: Maison du Repreneuriat

En lien avec cet article:

"Toute entreprise est potentiellement à remettre"

La pension, vous y pensez déjà?

Edito: quel entrepreneur êtes-vous?

Ne ratez pas une chance d'apprendre.
Chaque mois, découvrez de nouveaux articles, rencontrez de nouveaux experts et faites évoluer votre vision du futur.
Je m'inscris